Engagée pour le commerce et l’artisanat

Vital'Quartier

Un dispositif innovant en faveur du commerce de proximité

Vital’Quartier est un dispositif inédit de revitalisation urbaine orchestré par la Semaest entre 2004 et 2022, pour le compte de la Ville de Paris. Son objectif était de maintenir et développer le commerce et l’artisanat de proximité dans certains quartiers parisiens au tissu commercial dégradé ou menacé.

Vital’Quartier : objectifs et fonctionnement

La première opération Vital’Quartier a été lancée en 2004 sur six secteurs parisiens souffrant de mono-activité ou de déshérence commerciale (Vital’Quartier 1). Au vu des résultats positifs de ce premier volet, la Mairie de Paris a étendu en 2008 l’opération à cinq nouveaux secteurs dont le Quartier Latin (Vital’Quartier 2) cf. carte ci-contre.

Les principaux objectifs de l’opération :

  • Contrer les mono-activités
  • Réguler la vacance commerciale
  • Favoriser la diversité commerciale
  • Protéger le tissu culturel du Quartier Latin (dans le cadre de Vital’Quartier 2)

Afin de venir en aide aux zones les plus fragilisées, la Ville de Paris a délégué son droit de préemption urbain à la Semaest sur ces périmètres. Charge ensuite à la Semaest d'acheter, par voie de préemption ou de gré à gré, les murs de locaux commerciaux situés en pied d’immeuble afin d’y implanter des activités de proximité adaptées aux besoins des habitants. La Semaest assure la rénovation des locaux, leur portage et la valorisation des activités installées (commercialisation, gestion locative, accompagnement des commerçants, animation…). La Semaest signe également des protocoles avec des propriétaires privés qui s’engagent à louer leur local à des commerçants de proximité.

À la fin du dispositif, la Semaest entame le processus de revente des murs, en priorité aux commerçants en place, avec une clause d’affectation garantissant le maintien de la typologie d’activité. S’ils ne peuvent pas se porter acquéreur, c’est la Foncière Paris Commerces qui prend le relais.

Vital’Quartier : des résultats positifs

Sur l’ensemble des opérations Vital’Quartier 1 (2004-2015) et Vital’Quartier 2 (2008-2022), plus de 400 locaux ont été maîtrisés (acquisitions ou protocoles). L’installation de ces nouveaux commerçants et artisans a permis de transformer en profondeur les quartiers concernés, créant un effet de levier et entraînant l’arrivée de nouveaux commerces issus de l’initiative privée.

C’est ainsi que dans les secteurs où l’objectif était de lutter contre la désertification commerciale, le nombre de locaux vacants a fortement diminué, comme à Jonquières-Épinettes (- 18%), Fontaine-au-Roi (- 36%) ou Belleville (- 59,4%). De la même manière, dans les secteurs touchés par la mono-activité, le bilan est positif : - 91,3% de grossistes en prêt-à-porter sur Lancry, - 42,4% de call-box sur Entre-Deux-Gares ou encore - 66,7% de détaillants en informatique sur Daumesnil-Félix Eboué.

En parallèle, le tissu de proximité et ses commerces qualitatifs a progressé notablement : +9,1%, depuis 2007 sur les secteurs VQ2 soit une progression bien plus élevée que sur Paris (+2,1%).

Dans le Quartier Latin, l’intervention de la Semaest a permis d’installer une trentaine de librairies et maisons d’édition. Sans cette action directe, la baisse des librairies, qui s’élève à -27% entre 2007 et 2020, aurait été plus conséquente, du fait de nombreuses mutations traversant la filière du livre.

Les activités installées ont également eu un impact positif sur l’emploi local. On note la création de 478 emplois, principalement dans les domaines de l’équipement, du culturel ainsi que de l’alimentaire spécialisé. (En savoir plus sur le bilan VQ2)