La Cour de l'industrie renaît après 6 ans de travaux

24-02-2017

La Ville de Paris, la Mairie du 11e arrondissement et la Semaest viennent d'inaugurer la Cour de l’Industrie, l’un des derniers ensembles des cours industrielles du XIXe siècle subsistant au coeur du quartier historique du faubourg Saint-Antoine.


Après 6 ans de travaux de réhabilitation, ce site exceptionnel, haut lieu de l’artisanat d’art parisien, inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, rouvre ses portes. Il regroupe aujourd’hui un cinquantaine d’ateliers d’artisans d’art et d’artistes. Menuisiers, doreurs, photographes, plasticiens, relieurs et céramistes ont ainsi investi les 3 cours de cet espace dédié à la création, à l’échange et à la transmission.

La Cour de l’Industrie est l’une des dernières cours industrielles du XIXe siècle.

Elle est implantée au cœur du 11e arrondissement de Paris sur des terrains qui faisaient partie au XVIIe siècle du parc de la Folie Titon, pavillon de plaisance construit par Maximilien Titon, le directeur général des Manufactures et des Magasins royaux d’armes sous Louis XIV.
A partir de 1850, on y construisit une cité pour artisans où se succédèrent de nombreuses générations d’artisans du bois. Puis au milieu des années 1970, les ateliers laissés vacants par l’évolution industrielle des métiers du meuble ont été investis par une population artistique intéressée par des surfaces importantes et des loyers modérés.

Sauvée d’un projet de vente à la découpe par la Ville de Paris qui rachète le site en 2003, la Cour de l’Industrie a été confiée par transfert de propriété en 2008 à la Semaest, pour une durée de 40 ans, afin d’y mener de grands travaux de rénovation et de réhabilitation.

La Cour de l’Industrie en chiffres :

• Un ensemble de 6000 m² d’ateliers dans le 11e arrondissement
• 3 cours et 8 bâtiments
• 50 artisans d’art et artistes accueillis
• 6 ans de travaux de réhabilitation et de restructuration menés par les équipes de la Semaest
• 16,9 M€ de coûts de travaux, financés majoritairement par la Ville de Paris ainsi que par la Semaest